mardi 1 juillet 2014

La Flèche et le Diamant


Nous avancions.

Sous la tutelle d'un prétendu savoir, nous avancions. 
Avec l'assurance d'une flèche trop bien taillée pour jamais atteindre son imparfaite cible, nous avancions. 
À travers la fébrile lumière de nos jeunes convictions, possédant les fantômes de volontés appelées à naître, nous avancions.

Le claquement d'un livre, fermé trop brutalement, fissura violemment nos entrailles. 
Nous qui les croyions gorgées d'eau, leur pétrification s'était faite en silence, 
le rire de notre père les logeant au sein d'énormes tablettes de diamant, 
suffisamment dures pour briser la plus vive des flèches.

Des vies se sont consumées, et la chaleur du souffle de celui qui nous tenait autrefois la main s'en est allée. 
Intarissable, la source résonne encore au loin. Nos abreuvoirs mendient. 
Bêtes de somme, nous avançons, aveugles, dans l'ombre de nos jeunes années.

Parallèlement.
Nos allées et venues génitrices d'indifférence.
Nous nous sommes perdues.